L'Ophiolite de Chamrousse

Le Massif de Chamrousse, dans le massif cristallin externe de Belledone, est une portion de lithosphère océanique âgée de 496 Ma perchée en balcon au dessus de la vallée de la Romanche.

Lac Achard

Celle-ci est renversée pendant l'orogène hercynienne, puisque les métabasaltes sont en position "basse", sous les gabbros et serpentinites.
Les gabbros, non déformés, sont recoupés par des filons de basaltes, comme au Chenaillet :

Gabbro et Basaltes

(voir un exercice de chronologie relative utilisant cet affleurement ?)

Ces gabbros sont emballés dans des serpentinites, parfois riches en chromite, spinelle chromifère, taches ...

Chromitite
... noires sur cet affleurement (sommet du Manqué, Nord du col de la Botte: 45°07'36", 05°54'49")).

Les gabbros sont souvent très déformés. La déformation est hétérogène, comme en témoigne ce métagabbro en boudin dans des gneiss amphibolitiques. (B est un filon de basalte) :

Metagabbro en boudin

Le gradient de déformation est énorme entre le gabbro au centre et son enveloppe :

Déformation hétérogène

Le Gneiss amphibolitique (sur la photo ci-dessous), constitué essentiellement d'amphibole verte (hornblende verte) et de plagioclase, présente une foliation verticale marquée. Cette roche résulte du métamorphisme et de la déformation de gabbros (cf les 2 photos ci-dessus). En haut de la photo, la foliation du gneiss est recoupée par un filon de basalte : la déformation du gneiss est donc antérieure à la mise en place du filon basaltique. Comme ce dernier est contemporain, comme le gabbro à l'origine du gneiss, de la formation de la croûte océanique (=ophiolite), cela suppose que déformation et métamorphisme sont syn-océaniques.

Gneiss Amphibolitiques et Basalte en Filon

Naturellement, il est possible de faire une chronologie relative à l'intérieur de l'événement "formation de la croûte océanique" : mise en place du gabbro, déformation et métamorphisme de celui-ci, lors de son refroidissement, mise en place du filon basaltique ; le tout vers 496 Ma, avant l'orogène hercynienne (et à fortiori alpine !).

Un conclusion importante : la déformation (et le métamorphisme associé) est syn-océanique et ce ne sont ni l'orogène hercynien, ni l'orogène alpin qui en sont responsables ! On arrive à une conclusion à peu près similaire dans l'ophiolite alpine du Chenaillet.

Le site du lac de l'Infernet est magnifique !

Lac de l'Infernet

Les roches qui l'entourent le sont tout autant !

Plagiogranite


Sur cet affleurement, la foliation des gneiss amphibolitiques est recoupé par des filons de roches leucocrates (=claires) de composition essentiellement plagioclasique contenant peu (ou pas) de quartz : il s'agit de plagiogranites. Ces plagiogranites sont donc postérieurs à la déformation et métamorphisme responsables de la transformation du gabbro en gneiss amphibolitiques.

Il y a deux façons de fabriquer ces granites de la croûte océanique : 1 - différenciation magmatique du magma basique à l'origine des gabbros (voir au Chenaillet) ou bien 2 - fusion partielle des métagabbros. Dans le cas présent, ces roches se sont formées par fusion partielle des gneiss amphibolitiques (solution 2). Sur la figure "Trajet de la Croûte Océanique", le solidus du gabbro est déplacé vers les basses températures si celui-ci est hydraté. Ainsi, la roche en 1, si elle est hydratée, peut à nouveau se retrouver à plus hautes T que ce solidus hydraté et fondre.

L'ophiolite de Chamrousse a été étudiée en détail par R.P. Menot de l'Université de St Etienne et S. Guillot de l'Université de Lyon.

  Retour à l'enseignement, à la Photothèque ou bien à la première page ?